portrait3

Je propose une démarche d’interface entre réel et aliénation, entre vie et critique.
Je m’appuie sur des thèmes conceptuels, modulés plastiquement par l’énergie du geste et les traces. Une figuration sociale qui se dessine alors et se transforme en une figuration de la conscience.
La toile n’est plus la relation de l’événement mais cet événement même : une sorte de destruction, de fragments en fragments, qui parle du sentiment d’impuissance, et ouvre l’espace de la critique, celui de la vie même augmentée d’un regard.
C’est un travail sur l’humanité en général, une représentation où je me laisse porter par l’actualité, les événements dans la société, le chaos terrestre et social, l’écologie et les tendances actuelles.
Ma peinture pose la question récurrente de la destinée humaine. Détruire pour reconstruire. En permanence mon univers se façonne a coups de jaillissements, de méandres et de déchirures. Mettre en images le monde et son chaos. Questionner ou du moins laisser une trace, une empreinte dans ce territoire de la mémoire.